Déclaration du groupe parlementaire FRODEBU

21-01-2009


République du Burundi
Parti Sahwanya-FRODEBU
Groupe Parlementaire FRODEBU

DECLARATION DU GROUPE PARLEMENTAIRE FRODEBU SUR LE PROCESSUS DE MISE EN PLACE DE LA COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE

Le Groupe Parlementaire FRODEBU (tel que défini par les Statuts du Parti Sahwanya-FRODEBU ; députés et sénateurs confondus), s’est réuni ce lundi 19 Janvier 2009, pour se pencher sur le processus de mise en place de la CENI matérialisé par la convocation d’une session extraordinaire du parlement en vue de statuer sur les noms des membres de la CENI. A l’issue de cette réunion, le groupe Parlementaire FRODEBU tient à informer l’opinion nationale et internationale ce qui suit :
- le Groupe Parlementaire FRODEBU déplore la manœuvre de forcing engagé par le pouvoir en place pour la mise en place de la CENI en dehors de toute concertation avec tous les partenaires politiques concernés ;
- il dénonce le manque de dialogue manifeste qui est entrain de caractériser ce processus ; cette façon de procéder va conduire inexorablement vers le désordre du processus électoral au Burundi ;
- il aurait été plus opportun que tous les partenaires politiques puissent d’abord discuter et se convenir sur les différents textes légaux qui vont gérer les élections notamment la constitution, le code électoral, la loi communale ainsi que le texte légal régissant la CENI elle-même ;
- il est aussi d’une importance capitale que les noms des membres de la CENI soient le résultat d’une concertation et d’un dialogue francs entre tous les partenaires politiques concernés ;
- en l’absence de tout dialogue et toute concertation de la part du pouvoir en place, le Groupe Parlementaire FRODEBU se trouve dans l’impossibilité de cautionner une telle manœuvre qui conduit le pays vers l’impasse ; le Groupe Parlementaire FRODEBU ne participera pas au vote de la mise en place de la CENI tant que cette concertation n’est pas acceptée par le Pouvoir en place ;
- le Groupe Parlementaire FRODEBU invite toutes les forces politiques du Pays, toutes les forces morales ainsi que toute la Communauté Internationale oeuvrant au Burundi à continuer de faire tout leur possible pour redresser le processus électoral qui est menacé d’effondrement.

Fait à Bujumbura, le 19 Janvier 2009

La Rédaction